En 2016, près de 1.400 accidents impliquant au moins un piéton ont été recensés en Wallonie, ce qui équivaut à environ 4 accidents par jour. 30 piétons ont perdu la vie dans ces accidents dont 56 % pendant la période s’étalant d’octobre à mars et presque tous ont eu lieu en agglomération et souvent sur un passage pour piétons !

La période d’octobre à mars est donc particulièrement critique pour les usagers faibles : les journées sont plus courtes, la luminosité est plus faible et les piétons sont donc moins détectables.

C’est pourquoi, tu dois toujours être vigilant et faire attention à détecter tout piéton qui pourrait être en interaction avec toi, particulièrement à l'approche de passages pour piétons.

En outre, le Code de la route prévoit une obligation de prudence de tout conducteur en présence d’un piéton ou d’un autre usager faible. Le Code de la route impose au conducteur de s’arrêter pour tout piéton traversant sur un passage clouté (même si entre-temps le feu piéton passe au rouge) ou pour tout piéton manifestant son intention de traverser sur un passage clouté.

Pour respecter les piétons, il est très important de respecter les limitations de vitesse en agglomération. En effet, en cas de choc avec un piéton, la probabilité de survie de ce dernier n’est déjà plus qu’en moyenne de 50 % pour un choc à 50 km/h.

Un piéton s’apprête à traverser, mais au début de sa traversée, il est entièrement caché à la vue du conducteur par un véhicule en stationnement, à l’arrêt ou manœuvrant (un bus ou un camion de livraison par exemple), un arbre ou un panneau publicitaire.

Le piéton ne voit pas le véhicule qui s’approche et inversement. Le piéton décide de s’engager dans sa traversée, mais le conducteur ne détecte pas le piéton à temps, il freine trop tard, et c’est l’accident ! Un enfant peut également se retrouver dans la même situation et, lui, sera encore moins visible qu’un adulte.

Un piéton s’apprête à traverser, mais au début de sa traversée, il est entièrement caché à la vue du conducteur par un véhicule en stationnement, à l’arrêt ou manœuvrant (un bus ou un camion de livraison par exemple), un arbre ou un panneau publicitaire.

Le piéton ne voit pas le véhicule qui s’approche et inversement. Le piéton décide de s’engager dans sa traversée, mais le conducteur ne détecte pas le piéton à temps, il freine trop tard, et c’est l’accident ! Un enfant peut également se retrouver dans la même situation et, lui, sera encore moins visible qu’un adulte.

Sois toujours attentif aux passages pour piétons sur les 2x2 bandes, car si la voiture devant toi (ou à coté de toi) ralentit, il se peut qu’un piéton soit en train de traverser. Si tu te déportes sur la voie de gauche pour dépasser le véhicule ou si tu continues ta route à ce moment-là, tu pourrais le heurter de plein fouet.
De plus, il est interdit de dépasser un autre véhicule à l’approche d’un passage pour piétons. C’est d’ailleurs, une infraction de troisième degré qui te vaudrait de payer une amende (perception immédiate)  de 174 €.

Respecte aussi les limitations à 30 km/h aux abords des écoles, car de nombreux enfants se trouvent à proximité de la route et pourraient traverser la chaussée sans se rendre compte du danger que peut représenter une voiture.

Sois toujours vigilant lorsque des enfants se trouvent non loin de la chaussée. Jusqu’à l’âge de 8-10 ans, un enfant n’a pas la même notion du danger qu’un adulte et ne se rend pas compte que par exemple, il ne peut pas traverser la chaussée sans regarder si une voiture arrive et sans emprunter un passage pour piétons. Ralentis quand tu vois des enfants.

Quelques conseils

  • Sois attentif à la présence de piétons, surtout en agglomération et à hauteur des passages pour piétons.
  • Un piéton (adulte ou enfant) peut être caché par un objet/véhicule. Déporte-toi un peu sur la gauche pour ouvrir l’angle de vision et ne rase pas les véhicules en stationnement.
  • Dans le doute, ralentis suffisamment pour pouvoir t’arrêter à temps en cas d’imprévu.
  • Si un véhicule devant ou à côté de toi ralentit ou s’arrête, c’est qu’il y a une raison : il pourrait laisser passer un autre usager de la rue. 
  • Sois particulièrement attentif en traversant un trottoir à la sortie d’un parking ou d’un garage.
  • Évite de t’engager sur un passage pour piétons si tu risques d’y rester immobilisé, par exemple, en cas d’embouteillage. Ceci est une infraction du deuxième degré et pourrait te valoir de payer une amende (perception immédiate) de 116 €.
  • Si des piétons circulent le long de la chaussée, laisse un espace libre d’1 mètre en passant à leur hauteur et ralentis
  • Ne dépasse pas à hauteur d’un passage pour piétons, c’est interdit et dangereux. Un piéton est peut-être masqué par le véhicule que tu veux dépasser.
  • Ne te gare pas sur les trottoirs.
  • Lorsque tu te gares, respecte la distance où le stationnement est interdit devant le passage pour piétons, soit 5 mètres avant le passage.