Aujourd’hui, la distraction au volant est plus que présente dans notre quotidien et il n’est pas rare de voir des conducteurs boire, manger, téléphoner au volant, etc. Ainsi, les automobilistes passent de 25 % à 30 % de leur temps de conduite à effectuer une activité qui n’est pas liée à la conduite du véhicule.

Par ailleurs, le téléphone portable prend de plus en plus de place dans nos vies et il nous semble normal d’être joignable partout et à tout moment. C’est pourquoi il est devenu une des plus grandes sources de distraction au volant. 5 à 25 % des accidents de la route ont pour cause principale la distraction au volant. En 2016, la Wallonie comptabilisait 14.923 personnes blessées et 302 personnes décédées sur les routes. Cela veut donc dire que le portable au volant est responsable d’environ 750 blessés et d’une quinzaine de décès sur les routes wallonnes.

La distraction peut se manifester sous différentes formes :

La distraction visuelle = le fait de quitter la route des yeux pour regarder quelque chose qui n’est pas lié à la conduite. Par exemple, se tourner vers les enfants à l’arrière de la voiture, programmer son GPS, changer de radio/CD, etc.

La distraction cognitive = le fait d’avoir l’esprit occupé à autre chose qu’à la conduite et à l’analyse des conditions de circulation. Par exemple, après une dispute ou l’annonce d’une mauvaise nouvelle, on a l’esprit ailleurs et on n’est pas concentré sur la route.

La distraction physique = le fait de lâcher le volant pour manipuler des objets non nécessaires à la conduite. Par exemple, téléphoner en conduisant mobilise un bras pour tenir le téléphone, ce qui est plutôt handicapant lorsqu’il faut changer de vitesse, faire des manœuvres, etc.

La distraction auditive = le fait de ne pas pouvoir entendre les bruits de la circulation à cause d’autres signaux auditifs. Par exemple, en portant une oreillette, des écouteurs, un casque de musique, dont le volume sonore est trop élevé.

 

 

L’utilisation du téléphone portable au volant combine ces quatre types de distraction. 
Le fait de téléphoner au volant multiplie par 3 le risque d’avoir un accident. Lire ou écrire un message multiplie ce risque par 23 !

 

En seulement 1 seconde d’inattention à 90 km/h, on parcourt déjà 25 mètres à l’aveugle !! Prendre un selfie en conduisant = conduire les yeux fermés pendant 500 mètres à 100 km/h !

Il n’est pas possible de faire correctement deux choses en même temps. Conduire et utiliser son téléphone portable est donc très dangereux  :

  • Ton champ de vision se rétrécit, tu regardes droit devant toi et tu rates une série d’informations (panneaux, présence d’usagers faibles, ralentissements soudains, etc.).
  • Ton temps de réaction s’allonge et donc ta distance d’arrêt augmente.
  • Tu perçois moins rapidement les modifications de la circulation.
  • Tu prends des risques, car tu maîtrises moins bien ton véhicule, tu coupes tes virages, tu mords sur la ligne, tu peux dévier de ta bande de circulation et heurter un autre véhicule.
  • Ta vitesse varie et tu freines plus brusquement.
  • Tu n’es pas concentré sur la route, l’environnement et les conditions de circulation.

 

En effet, 50 % des conducteurs avouent que la majorité des messages qu’ils envoient au volant pourraient être envoyés plus tard…

Utiliser un téléphone portable en conduisant sans kit mains-libres est une infraction du deuxième degré qui te vaudra une perception immédiate  de 116 €
Si tu utilises le GPS de ton GSM, et que tu tiens celui-ci dans ta main, tu seras également sanctionné. Par contre, tu peux tout à fait utiliser le GPS de ton téléphone si celui-ci se trouve sur un support prévu à cet effet. 
Si tu utilises ton téléphone portable lorsque tu es immobilisé dans une file, comme dans les bouchons par exemple, tu peux également être sanctionné.
Mais sache que si tu es à l’origine d’un accident, les conséquences pourraient être beaucoup plus lourdes qu’une simple amende.

Tu pourrais croire que téléphoner avec un kit mains-libres en conduisant ou parler avec un passager revient au même. Il n’en est rien !
En effet, lorsque tu discutes avec ton passager, celui-ci se trouve dans le même environnement et voit, comme toi, ce qu’il se passe sur la route. Il s’interrompra si la situation se complexifie, ce qui n’est pas le cas d’un interlocuteur à qui tu parles au téléphone. 

 

 

  • Éteins ton téléphone avant de prendre le volant, aucune chance d’être distrait par celui-ci. Si tu as peur de craquer, prends une décision radicale, mets ton téléphone dans le coffre de ta voiture.
  • Si tu es accompagné, confie ton téléphone à ton passager pour qu’il s’occupe de tes appels et sms.
  • Programme un sms de réponse automatique et personnalisé avant de prendre le volant : 
    • Sous Android, va dans Paramètres>Messages>Réponses rapides et rajoutez un message ou dans Paramètres>Appels>Rejet de l’appel>Refuser les appels en envoyant des messages et sélectionne Messages de rejet. Tu peux personnaliser les messages existants ou en  ajouter un nouveau. 
    • Sous IOS (iPhone), active le >Mode voiture>.
  • Si tu disposes d’un kit mains-libres et que tu dois prendre un appel urgent, abrège la conversation en précisant que tu es au volant.
  • Si tu attends un appel important et que tu ne disposes pas d’un kit mains-libres,  arrête-toi dans un lieu sécurisé avant de répondre à l’appel, quitte à rappeler la personne.
D’autres sources de distraction que le téléphone portable, peuvent également avoir une influence négative sur la conduite d’un véhicule. C’est notamment le cas des panneaux publicitaires mobiles.
Les accidents qui surviennent sur la route peuvent également être une source de distraction, surtout sur les autoroutes. Les conducteurs ont tendance à regarder l’accident, ils ne portent plus suffisamment d’attention à la route et à la circulation autour d’eux. Leur temps de réaction est allongé et ils sont, à leur tour, susceptibles de provoquer un accident.