• La fatigue : la vigilance des conducteurs est à son minimum entre 2 heures et 5 heures du matin, tandis que le risque de somnolence est à son maximum.
  • L’alcool : les retours de soirées et la consommation d’alcool lors de celles-ci contribuent à augmenter le nombre d’accidents qui ont lieu la nuit. Ces accidents touchent particulièrement les jeunes conducteurs. 
  • La visibilité : la conduite de nuit entraine un manque de visibilité. Les contrastes que tu perçois habituellement diminuent, ton champ visuel se réduit et de nombreux détails visibles en journée t’échappent une fois la nuit tombée. Tu dois alors être plus vigilant à ton environnement, ce qui te fatigue plus vite. Ta vision dépend de l’intensité de la lumière et la faible luminosité te demande plus d’efforts de concentration. De plus, les feux de croisement de ton véhicule n’éclairent qu’à 30 mètres ; en roulant de nuit à 70 km/h, tu pourrais ne pas percevoir un éventuel obstacle se trouvant sur ta route. Il est également plus difficile d’évaluer les distances entre les véhicules et donc d’effectuer un dépassement. En outre, les conditions climatiques peuvent encore plus réduire ta visibilité lorsque tu conduis la nuit.
  • La vitesse : la nuit, les routes sont plus dégagées et la circulation est beaucoup plus fluide, ce qui incite à rouler plus vite et à prendre plus de risques, alors que la visibilité est moins bonne.

La conduite de nuit ne représente qu’environ 10 % du trafic, pourtant une grande partie des accidents mortels ont lieu la nuit. Plusieurs facteurs expliquent l'augmentation du risque d'accident la nuit :

Quelques conseils pour rouler la nuit

  • Adapte ta vitesse aux circonstances et en fonction de la lisibilité de la route.
  • Augmente la distance de sécurité avec le véhicule qui te précède, il est plus difficile de juger les distances la nuit et cela te permettra de réagir à temps en cas de freinage brusque du véhicule qui te précède.
  • Mets ton rétroviseur intérieur en position nuit pour ne pas être ébloui par les véhicules qui sont derrière toi. 
  • Sur routes sinueuses, méfie-toi des phares qui semblent venir face à toi. Un virage ou un obstacle peut se trouver entre ton véhicule et le véhicule face à toi.
  • En cas de fatigue, arrête-toi et fais des pauses toutes les deux heures, voire plus régulièrement.
  • Sois attentif aux autres usagers, particulièrement aux usagers faibles qui pourraient ne pas porter de vêtements clairs ou d’accessoires rétro-réfléchissants. Certains cyclistes circulent également sans éclairage adéquat à leur vélo.  Veille à adopter une vitesse qui te permet de réagir face à des usagers faibles que tu pourrais ne détecter que tardivement.
  • Vérifie si ton véhicule est équipé de rétroviseur photochromatique ou non. Le rétroviseur photochromatique dispose d'un capteur de luminosité qui le rend plus foncé en cas de luminosité trop intense comme les phares des autres véhicules. Quand tu actives ce capteur, celui-ci diminue l'intensité des effets éblouissants pour éviter de te gêner.

En conduisant de nuit, tu sais que tu vas être « plongé dans le noir » et que les sources de lumières sur ton chemin seront assez rares, c’est pourquoi tu pourrais être plus vite ébloui par les phares des autres voitures. Pour éviter d’être ébloui, regarde le côté droit de la route et ne fixe pas les feux des véhicules qui arrivent en face de toi .

Il est parfois conseillé d’utiliser des lunettes aux verres teintés jaune pour diminuer la gêne liée aux lumières des phares et des lampadaires. Sois attentif à la manière dont tu réagis à l’éblouissement. En effet, si tu supportes mal les changements de luminosité la nuit, et qu’il te faut plus de 2-3 secondes pour récupérer une vision normale après un éblouissement, tu pourrais être atteint d’une baisse de l’acuité visuelle nocturne. N’hésite pas à consulter un ophtalmologue. Par ailleurs, une petite consultation chez l’ophtalmologue n’est jamais inutile, car il est assez fréquent d’observer une perte de la vision au fil des années. Cette perte se fait sans que l’on ne la remarque et peut devenir handicapante.

 

Sois sympa sur la route et n’oublie pas de régler tes phares pour ne pas gêner les autres conducteurs. Si tu allumes tes feux de route quand il n’y a personne en sens inverse, repasse aux feux de croisement dès que tu repères une voiture venir en face de toi .